mistergoodman

Déménager à Angers, et pourquoi ?

Paris, je te quitte ! Cette fois c’est décidé, après 7 ans de bons et loyaux services, d’horaires de travail soutenus rythmés par les aléas des transports en communs, les brunchs du dimanche matin à 25€, le combo café-croissant-gaufrette, les interminables heures de queue pour espérer mettre les pieds dans un musée, une expo ou essayer un nouveau restaurant.

Le stress, les bouchons, le prix des loyers, les sommes qu’il faut dépenser chaque mois pour manger autre chose de que l’industriel… Ceux qui reprochent aux Parisiens leur manque de savoir-vivre devraient se mettre à leur place pendant une semaine, tiens. Direction Angers !

Angers, la douceur de vivre

Je pars donc. Mais contrairement à beaucoup d’autres jeunes diplômés qui décident de tenter leur chance dans des agglomérations comme Lyon ou Bordeaux, j’ai décidé d’opter pour… Angers.

Quand j’ai annoncé la nouvelle, les gens n’ont pas compris. Pour beaucoup de mes amis, c’est la ville desservie par les TGV Paris-Nantes, mais ça s’arrête là. La notion d”angevin”, ça leur évoque vaguement un steak (voyez pourquoi sur cet article).

Je voulais partir “en province” comme on dit, sans pour autant m’éloigner trop de la capitale. Pourquoi cette destination ? Parce que c’est une agglomération moyenne (env. 150000 habitants), traversée par la Maine.

C’est une ville étudiante, animée. Il y a beaucoup d’espaces verts (à Paris aussi me direz-vous, mais ils sont pris d’assaut dès le retour des beaux jours). C’est un endroit très agréable à vivre, surtout en été.

D’ailleurs, je n’ai pas choisi Anger sur un coup de tête : la capitale de l’Anjou a été classée première dans le palmarès des 50 villes de France où il fait le mieux vivre par le magazine l’Express.

Ici, les prix des loyers sont abordables, les gens vivent mieux, avec moins de transport et donc moins de stress. Je n’ai pas eu de mal à trouver un logement, ni à m’installer (j’ai trouvé pas mal d’infos pratiques ici).

Je peux me fournir facilement en produits bios et à des prix abordables. Les gens se déplacent à vélo, ça me rappelle un peu Amsterdam. J’ai mis un peu de temps à retrouver un cercle d’amis proches, mais les angevins sont connus pour leur solidarité et très abordables (mais je suis timide).

Une ville humble et verte

L’atout phare de la ville reste le végétal. Je peux me vanter d’avoir pas mal voyagé, mais j’ai rarement vu des villes aussi impliquées dans le développement durable. Angers est la première unité de recherche en France dans ce domaine, hors Paris bien sûr.

Un autre point qu’on peut facilement apprécier après des années de vie parisienne : la modestie. Une qualité qui fait souvent défaut aux parisiens. Selon un sondage, ces derniers s’estiment 34% élégants, 25% cultivés, 23% stressés et 15% impolis.

Ce n’est visiblement pas l’image qu’ils renvoient puisque les non-Parisiens (les “provinciaux”) les jugent 42% prétentieux, 12% fêtards et 1% drôle. Certains disent que c’est ce qui fait leur charme. À débattre.

Toujours est-il que les angevins sont solidaires, citoyens, bons vivants. S’il vous prend l’envie de leur faire compliment de leur implication dans l’écologie et la mise en place de solutions durables, ils vont commencer par en douter, puis hausser les épaules avant de vous demander si vous voulez un autre verre de Cointreau (la liqueur locale).