Recrutement - NL - Page Group

Qui peut travailler en intérim ?

Flexibilité dans le travail, diversités des missions, meilleures rémunérations… Nombreux sont les travailleurs actifs qui décident de passer à l’intérim. Plus 16,7 millions de contrats en intérim sont signés chaque année. Mais qui peut devenir intérimaire ? Est-ce un statut ouvert à tous ? Nous faisons le point complet.

A partir de quel âge peut-on commencer à travailler en intérim ?

Selon la règlementation, il est possible de travailler en intérim dès l’âge légal, c’est-à-dire 16 ans. D’ailleurs, cette règle vaut également pour tout type de contrat de travail que ce soit CDD, CDI ou alternance. Notez cependant que si un mineur souhaite s’inscrire dans une agence intérim, il faut impérativement récupérer l’accord de son représentant légal (sauf en cas d’émancipation).

Quelques règles s’appliquent pour les mineurs intérimaires :

  • Ils ne peuvent travailler que pendant les vacances scolaires
  • Ils ne peuvent pas remplir des missions dangereuses (manutention de produits à risques, travail en hauteur…)
  • Leur journée de travail ne peut excéder 8 heures et un total de 35 heures hebdomadaires.
  • Ils ont l’interdiction de travailler de nuit et pendant les jours fériés

Un travailleur étranger peut-il s’inscrire dans une agence d’intérim ?

L’intérim est tout à fait envisageable pour les travailleurs étrangers. Les règles à l’embauche sont les mêmes que pour tout autre salarié intérimaire, seuls quelques points diffèrent. Le travailleur étranger doit pouvoir démontrer qu’il est en situation régulière. Pour cela il doit présenter un permis de travail et un titre de séjour en cours de validité. Une pièce d’identité lui est aussi demandé.

Pour les ressortissants de l’Union Européenne qui possèdent un titre de séjour permanent, ils n’ont pas besoin de fournir de justificatif. Il en va de même pour les travailleurs en provenance de Monaco, Andorre, Saint-Martin ou de la Suisse. Pour eux, une seule pièce d’identité suffit.

Bon à savoir : une agence intérim qui prévoit d’embaucher des « primo-migrants » doit préalablement s’adresser à la DREETS (Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités) et à l’ANAEM (Agence nationale de l’accueil des étrangers et des migrants). Cette démarche est nécessaire pour les parties formalités administratives et droits acquittés.

L’intérim vous tente ?

BTP, restauration, tourisme, vente, RH, comptabilité.. Découvrez comment travailler en intérim avec Page Personnel rapidement !

Travail intérimaire et handicap

En France, Les personnes handicapés encore en âge de travailler sont celles qui souffrent d’un taux de chômage assez élevé. L’intérim est une solution de choix pour contrecarrer cette fatalité. Pour décrocher un emploi, il suffit simplement de s’inscrire dans une agence d’intérim spécialisée dans le placement de personnes handicapés.

Peut-on cumuler chômage et intérim ?

Que vous soyez au chômage à temps plein ou à temps partiel, vous avez tout à fait la possibilité de travailler en intérim tout en restant inscrit au Pôle Emploi. Cela ne veut pas dire pour autant que vous ne toucherez plus votre allocation chômage. La différence vous sera versée si la rémunération de votre contrat d’intérim est inférieure au montant de votre allocation habituelle. L’objectif est de ne vous faire subir aucune baisse de revenu. Cette règle est en vigueur depuis 2013.

Quid de l’intérim quand on est déjà en CDD ou CDI ?

Si vous souhaitez trouver un job intérimaire pour compléter vos revenus actuels, c’est tout à faire possible même si vous travaillez déjà pour une entreprise en CDD ou CDI. Il vous faut seulement respecter quelques règles :

  • Ne pas être un agent de la fonction publique travaillant à temps complet (à temps partiel, il faut déclarer votre mission en intérim à votre employeur)
  • Ne pas effectuer de missions intérim chez un concurrent
  • Respecter les clauses d’exclusion inscrites dans votre contrat
  • Ne pas dépasser le maximum d’heures de travail journalier et hebdomadaire fixé par le Code du travail.

A lire également