frais kilométrique
|

Barème 2022 des frais kilométriques : les nouveautés

La hausse des prix de carburant a conduit à d’énormes changements, dont la revalorisation du barème kilométrique de 2022. C’est l’administration fiscale qui a publié les nouveautés en la matière en février 2022 pour permettre aux salariés qui utilisent leur propre véhicule pour des buts professionnels de calculer leurs indemnités kilométriques suivant un barème de frais kilométriques plus avantageux. Voici ce qu’il en est !

Comment déduire ses indemnités kilométriques ? 

Chaque année, les salariés voient automatiquement appliquer à leurs revenus une déduction forfaitaire de 10 %. Celle-ci permet en effet de couvrir les dépenses engagées pour les déplacements professionnels et quelques autres dépenses courantes. Mais, il peut arriver que le salarié dépense au-delà de 10 % pour son transport. Il peut alors renoncer à la déduction forfaitaire et choisir entre l’utilisation du barème de frais kilométriques et la déduction des dépenses réellement engagées.

Quand utiliser le barème kilométrique ?

Le barème des frais kilométriques s’applique uniquement aux salariés qui conduisent leur véhicule individuel ou leur propre deux-roues (cyclomoteur, motocyclette). Lorsque leurs dépenses en transport dépassent 10 % de vos revenus bruts, opter pour le régime des frais réels lors de la déclaration de revenus est la solution la plus avantageuse.

En effet, le calcul des indemnités kilométriques en fonction du barème est devenu beaucoup plus défavorable pour les salariés depuis que les prix à la pompe connaissent une flambée. Pour pallier cet état de choses, l’administration fiscale a alors reconsidéré le barème des frais kilométriques à hauteur de 10 %.

Comment calculer ses frais kilométriques suivant le barème de 2022 ?

Si vous hésitez encore à opter pour les frais réels, vous pouvez simplement procéder au calcul de vos indemnités kilométriques en passant par un simulateur de barème kilométrique en ligne. Mais, pour l’utiliser, vous devez renseigner les informations suivantes :

  • La puissance fiscale ou puissance administrative de votre automobile (chevaux fiscaux) inscrite sur votre carte grise à la rubrique P6 ;
  • Le nombre de kilomètres parcourus en une année.

En plus des facteurs suscités, le calcul des frais kilométriques tient compte de la dépréciation de l’engin, des dépenses liées à l’entretien, la réparation, le changement de pneus, la carburation, les primes d’assurance… Toutefois, le salarié qui souhaite se faire rembourser doit fournir les justificatifs des paiements effectués, sans quoi l’employeur pourrait refuser de l’indemniser.

A lire également