GEPP

La GEPP : une nouvelle approche stratégique pour les entreprises [Guide]

Quel rapport existe-t-il entre les échecs et le monde de l’entreprise ? À première vue, peu de choses, mais si nous creusons un peu, nous trouvons des similitudes intéressantes. Aux échecs, chaque pièce a un rôle spécifique et une stratégie unique, tout comme dans une entreprise où chaque département a ses propres responsabilités et objectifs. Et, tout comme aux échecs, une entreprise doit planifier, anticiper et s’adapter constamment à un environnement en perpétuelle mutation. Alors, comment rester en avance sur le jeu ?

Face à une concurrence effrénée et à l’émergence de nouvelles technologies, les entreprises cherchent à adopter des approches innovantes pour rester compétitives. D’où l’intérêt croissant pour la Gestion Évolutive de la Performance et des Processus (GEPP). D’ailleurs, une étude Neobrain a montré que 34% des entreprises ont fait évoluer leur GPEC vers une GEPP.

Mais qu’est-ce que c’est, pourquoi est-ce important, et comment votre entreprise peut-elle en bénéficier ? Suivez-nous, on vous explique tout !

L’ABC de la GEPP : Comprendre la nouvelle donne

La Gestion des Emplois et Parcours Professionnels (GEPP) est une évolution de la GPEC (Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences). La mise en place de la GEPP s’est déroulée en 2017 et correspond à une obligation légale pour les entreprises de plus de 300 salariés ou les entreprises de dimension communautaire ayant au moins un établissement de 150 salariés et plus sur le territoire national.

La GEPC et la GEPP correspondent à deux outils utilisés dans le cadre de la gestion des ressources humaine (GRH). Le but de cette fonction est de réguler « les problèmes humains liés à l’organisation du travail », comme l’indique la chercheuse Julienne Brabet. Elle joue donc « un rôle tout à fait central dans la délivrance de la prestation sociale », ajoute sa consœur Christel Beaucourt.

La GPEC a été introduite par les lois Borloo (2005), Rebsamen (2015) et les Ordonnances Macron (2017). Elle a des limites, notamment la nécessité d’une anticipation précise des évolutions du marché, qui devient de plus en plus difficile.

La GEPP diffère de la GPEC par l’intégration de la notion de « parcours professionnel », l’accent mis sur la formation continue, et la prise en compte de la transition écologique comme un facteur de changement systémique.

Elle se définit comme une approche stratégique innovante, développée dans le cadre d’une politique de gestion des ressources humaines visant à optimiser la performance des projets en entreprise. Effectivement, « le rôle central » qu’elles jouent « dans la performance des organisations modifie les déterminants de la compétitivité des entreprises », comme l’a indiqué le spécialiste Michel Ferrary. Au-delà de cette définition un brin théorique, la GEPP s’appuie sur des concepts clés qui sont les moteurs de son efficacité.

Les principes cardinaux de la GEPP : Des repères pour naviguer

La GEPP s’appuie sur des piliers fondamentaux, à savoir l’anticipation, l’adaptabilité, la transversalité et l’efficience :

  • L’anticipation permet d’identifier les opportunités et les menaces avant qu’elles ne deviennent critiques.
  • L’adaptabilité permet de faire face aux changements imprévus, une capacité d’autant plus précieuse dans le contexte économique actuel.
  • La transversalité prône la collaboration entre tous les acteurs du projet, favorisant ainsi le partage d’informations et la résolution collective des problèmes.
  • L’efficience se concentre sur l’optimisation des ressources disponibles pour atteindre les objectifs fixés. Ces piliers, combinés, forment le socle de la GEPP.

GEPP ET GEPC : quelles différences ?

Voici les principales différences entre la GEPP et la GEPC :

Objectif principal

• Le GEPP vise à optimiser l’adéquation entre les compétences des employés et les besoins futurs de l’entreprise, en favorisant la planification et le développement des talents.

• Le GEPC se concentre sur l’optimisation des ressources humaines pour répondre aux besoins immédiats de l’entreprise, en garantissant que chaque poste est occupé par la personne adéquate.

Cadre temporel

• Le GEPP est une approche à long terme, centrée sur l’anticipation des besoins futurs en compétences.

• Le GEPC est une approche à court terme, axée sur la satisfaction des besoins actuels en compétences.

Focus

• Le GEPP met l’accent sur la flexibilité, l’adaptabilité et le développement des talents existants.

• Le GEPC insiste sur la réactivité, la rigueur et la connaissance précise des postes et des compétences disponibles.

Méthodes

• Le GEPP implique l’analyse des compétences requises par les emplois, la cartographie des compétences disponibles et le développement des parcours professionnels.

• Le GEPC nécessite une surveillance constante pour s’assurer que chaque poste est occupé par la personne qui possède les compétences adéquates, et que les effectifs correspondent aux besoins du moment.

L’architecture de la GEPP

Le noyau de cette approche repose sur trois piliers essentiels :

  1. La sélection des partenaires : l’identification des partenaires les plus pertinents et complémentaires à l’activité de l’entreprise.
  2. La gestion des relations : l’instauration de relations solides et bénéfiques, basées sur la confiance et le respect mutuels.
  3. L’optimisation des interactions : l’évaluation continue et l’optimisation des interactions avec les partenaires pour maximiser leur valeur.

Ces trois éléments sont les piliers de la réussite de toute stratégie GEPP.

Comment mettre en œuvre la GEPP ? : l’art de la stratégie

Bien sûr, adopter la GEPP n’est pas une mince affaire. C’est un processus qui nécessite une réflexion stratégique approfondie et une mise en œuvre soignée.

L’un des défis majeurs est la transformation culturelle de l’entreprise. La GEPP exige en effet un changement de paradigme, une évolution de la manière de penser et d’agir au sein de l’organisation. La résistance au changement est naturelle, et il peut être difficile d’abandonner des méthodes de travail bien ancrées. Il est donc important d’accompagner le changement par une communication transparente, une formation adaptée et un soutien continu.

Cela dit, face à ces défis, des outils et des ressources peuvent aider. La formation continue, par exemple, permet de développer les compétences nécessaires à la mise en œuvre de la GEPP. D’ailleurs, comme l’indique une enquête Harris Interactive réalisée en 2022, au sujet de la formation professionnelle : « 91% des Français déclarent qu’elle est efficace pour enrichir ses compétences et 86% la trouvent efficace pour actualiser ses compétences et rester en phase avec son métier ». D’autres outils peuvent également aider à mettre en place la GEPP, comme le référentiel métiers et compétences, l’entretien annuel, la pyramide des âges, et des outils digitaux pour centraliser les données.

La démarche GEPP peut être mise en place en suivant trois étapes principales :

  1. Dresser un bilan des ressources disponibles en interne : Cela comprend les ressources humaines, financières, les compétences, les métiers, et les outils technologiques.
  2. Identifier les évolutions potentielles du secteur et les besoins de l’entreprise : Il s’agit d’anticiper les transformations et les orientations du marché, puis de comparer ces prévisions avec le bilan des ressources. Cela permet d’établir la stratégie pour répondre à ces besoins.
  3. Mettre en œuvre un plan d’action : Ce plan peut inclure des programmes de formation, de validation des acquis de l’expérience (VAE), des processus de recrutement externe et de mobilité interne, des entretiens annuels et professionnels, et des programmes de mentorat. Une fois ces actions mises en œuvre, il faut évaluer les résultats obtenus et les comparer avec les objectifs de la démarche GEPP.

Les avantages de la GEPP : Pourquoi votre entreprise devrait-elle l’adopter ?

Le monde des affaires est un échiquier en constante évolution où chaque coup peut faire la différence entre un succès retentissant et un échec cuisant. Dans cet environnement « liquide », pour reprendre le qualificatif formulé par le sociologue allemand Zygmunt Bauman, la GEPP apporte une vision stratégique et une capacité d’adaptation qui peuvent être déterminantes. En effet, elle offre de nombreux avantages, parmi lesquels :

  • La gestion proactive des talents : en anticipant les besoins futurs en compétences et en favorisant le développement des talents existants, la GEPP permet de renforcer la compétitivité de l’entreprise.
  • Une meilleure adaptation aux changements : la GEPP permet de gérer les transitions avec fluidité et de s’adapter plus facilement aux changements, qu’il s’agisse de l’évolution des technologies, des tendances du marché ou des attentes des clients.
  • L’amélioration de la productivité et de l’efficacité : en optimisant l’utilisation des ressources disponibles et en favorisant une culture de l’apprentissage continu, la GEPP peut aider à améliorer la productivité et l’efficacité des opérations.

Comme l’a si bien dit Jack Welch, ancien PDG de General Electric, « Change before you have to ». La GEPP permet d’anticiper le changement et de le gérer de manière proactive. Cet outil de la gestion des ressources humaines est effectivement « attribuable en grande partie aux profonds changements économiques », comme l’a indiqué l’équipe de la chercheuse universitaire Silvana Pozzebon, en 2007.

Le mot de la fin ? L’avenir appartient à la GEPP

Alors, si nous revenons à notre analogie initiale avec les échecs, la GEPP serait la reine de l’échiquier – la pièce la plus puissante qui permet de se déplacer dans toutes les directions. Les entreprises qui l’adoptent se donnent les moyens de faire face aux imprévus, de tirer parti des opportunités et de réaliser leurs projets avec succès. En d’autres mots, elles s’adaptent pour survivre. Comme le disait Charles Darwin :  » Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements ».

Sans aucun doute, la GEPP s’impose comme un incontournable du business. C’est une bouffée d’air frais, un coup de neuf dans notre façon de voir le monde des affaires. Grâce à cette nouvelle démarche, les entreprises peuvent non seulement prévoir ce qui se trame à l’horizon, mais aussi réagir à la vitesse de l’éclair. En d’autres mots, la GEPP leur donne une longueur d’avance, prêtes à répondre à tous les défis que l’avenir pourrait leur lancer.

Alors, comme l’a dit Peter Drucker, l’un des pères de la gestion moderne : « La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le créer ». Avec la GEPP, votre entreprise a la possibilité de prendre en main son avenir et de le façonner selon ses propres termes. Il ne tient qu’à vous de saisir cette opportunité.

Pour finir, oui, embrasser la GEPP demande des efforts. Cela implique un changement, une volonté d’apprendre et de grandir. Mais la récompense est au rendez-vous : une entreprise performante, résiliente et tournée vers l’avenir. Alors, prêts à relever le défi ?

A lire également