|

Harcèlement sexuel chez les hommes, oui ça existe !

Si le harcèlement sexuel au travail sur les femmes est relativement connu, on ignore souvent que les hommes sont également concernés. Les hommes en parlent beaucoup moins, mais la souffrance est la même, si ce n’est plus. En tout cas, on n’a pas le droit de fermer les yeux sur ce problème, d’où mon article.

Les hommes ont beaucoup de mal à en parler et à porter plainte

Sur les plaintes enregistrées en France, 3% seulement sont déposées par les hommes (chiffres 2012) Les hommes qui osent porter plainte sont plus nombreux aux États-Unis et cela atteint déjà 16% contre 8% il y a une vingtaine d’années. Pour lire un dossier complet sur le sujet, rendez-vous sur l’Express.fr.

Les experts estiment que ces chiffres vont indéniablement augmenter parce que de plus en plus de femmes sont nommées à des postes importants et bien souvent les harceleuses sévissent sur leurs subordonnés.

Les hommes qui portent plainte pour harcèlement sexuel restent rares en France et cette tendance est la même dans d’autres pays comme les États-Unis, la Suisse ou encore la Belgique. En effet, les hommes ont du mal à assumer une plainte qui peut être perçue comme un manque de virilité. Et comme les cas de harcèlement sexuel sont le plus souvent perpétrés sur des femmes par des hommes, certains hommes ne se rendent compte qu’il s’agit effectivement d’un harcèlement sexuel que plus tard.

Quand peut-on parler de harcèlement sexuel ?

Le nombre de plaintes portées par des hommes pour harcèlement sexuel est si peu élevé parce qu’ils ne sont pas absolument certains qu’il s’agisse bien de harcèlement sexuel. Ce doute débouche sur ce qu’on appelle en Suisse une inquiétude subjective. L’inquiétude subjective traduit le sentiment que quelque chose ne va pas sans en être absolument sûr.

Mais on peut citer quelques signes qui ne trompent pas :

  • Remarques (verbales, par mail, par sms) à connotation sexuelle
  • Questions indiscrètes sur la vie intime
  • Propositions indécentes
  • Regard insistant avec un air « vicieux » qui a lieu tout le temps et à répétition
  • Gestes déplacés : tape sur les fesses, pincements, attouchements en tout genre etc.
  • Tentative d’embrassade
  • Agression
  • Viol

Faites attention à ce que vous faites au bureau, et à ce qu’on vous fait

Tout un chacun doit faire attention à ses faits et gestes sur le lieu de travail et s’assurer que son comportement soit toujours professionnel, même pendant les pauses ou d’autres moments en dehors des heures proprement dites de travail. En règle générale, on remarque vite si une main sur l’épaule a lieu d’être ou pas !

En effet, selon une étude menée par le group de recherche de Franciska Krings (en Suisse), près de 66% de femmes et 71% des hommes parmi les 2.400 personnes sondées ont déclaré avoir déjà fait ou dit quelque chose qui aurait pu être perçu par les collègues comme étant du harcèlement sexuel.

Certains actes et propos ambigus sont à proscrire. Évitez par exemple les blagues sexistes et n’abordez pas de sujets de nature sexuelle avec vos collègues. Ne diffusez pas de séquences vidéo ou d’autres supports pornographiques et ne faites pas de gestes déplacés, même pour plaisanter.

Le harcèlement sexuel exercé sur les hommes, sur le lieu de travail existe bel et bien même si les hommes victimes sont plus discrets. Peu osent porter plainte par peur de passer pour un faible ou tout simplement parce qu’ils hésitent si c’est bien du harcèlement sexuel ou non. Mais les lois sont strictes aussi bien sur les femmes que sur les hommes harceleurs. Et si vous êtes victime, n’hésitez pas à en savoir plus sur la protection légale prévue pour ce genre de cas. Cliquez ici pour plus d’informations.

A lire également